les gweens au pouvoir
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les jolis poèmes (ou extraits)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Estherfluette
COURANT D'OR
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 453
Localisation : Razlog.

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Jeu 22 Jan - 1:07

I love you

Köln, am Hof

Herzzeit, es stehn
die Geträumten für
die Mitternachtsziffer.

Einiges sprach in die Stille, einiges schwieg,
einiges ging seiner Wege.
Verbannt und Verloren
waren daheim.

Ihr Dome.

Ihr Dome ungesehn,
ihr Ströme unbelauscht,
ihr Uhren tief ins uns.

Paul Celan


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
au revoir au revoir
MONARQUE DU BISOU


Messages : 553
Date d'inscription : 30/10/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Jeu 22 Jan - 1:23

Béelzéboul a écrit:
Au jardin de mon père, les lauriers sont fleuris, (bis)
Tous les oiseaux du monde viennent y faire leur nid.

Refrain :
Auprès de ma blonde, qu’il fait bon, fait bon, fait bon,
Auprès de ma blonde, qu’il fait bon dormir !

Tous les oiseaux du monde viennent y faire leur nid, (bis)
La caille, la tourterelle, et la jolie perdrix.

Refrain

La caille, la tourterelle, et la jolie perdrix, (bis)
Et ma gentille colombe qui chante jour et nuit.

Refrain

Et ma gentille colombe qui chante jour et nuit, (bis)
Qui chante pour les filles qui n’ont point de mari.

Refrain

Qui chante pour les filles qui n’ont point de mari, (bis)
Pour moi ne chante guère, car j’en ons un joli.

Refrain

Pour moi ne chante guère, car j’en ons un joli. (bis)
Dites-nous donc, la belle, où donc est vot’ mari?

Refrain

Dites-nous donc, la belle, où donc est vot’ mari? (bis)
Il est dans la Hollande, les Hollandois l’ont pris.

Refrain

Il est dans la Hollande, les Hollandois l’ont pris. (bis)
Que donneriez-vous belle, pour avoir votre ami?

Refrain

Que donneriez-vous belle, pour avoir votre ami? (bis)
Je donnerions bien Rennes, Versailles et Saint-Denis.

Refrain

Je donnerions bien Rennes, Versailles et Saint-Denis, (bis)
Les tours de Notre-Dame, et ma colombe aussi.

Refrain

Les tours de Notre-Dame, et ma colombe aussi, (bis)
Et ma gentille colombe, qui chante jour et nuit.

Refrain

ha ha ha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larchedesbisous.forumactif.com
Estherfluette
COURANT D'OR
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 453
Localisation : Razlog.

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mar 27 Jan - 21:17

Comme l’aube écartait le rideau de la nuit,
Quelqu’un de la taverne a crié : le temps fuit;
Remplis ta coupe avec la liqueur de la vie,
Et sois ivre, avant l’heure où la source est tarie.

Omar Khayyam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Ven 30 Jan - 14:48

celui qui boit, ronsard


Celui qui boit, comme a chanté Nicandre,
De l'Aconite, il a l'esprit troublé,
Tout ce qu'il voit lui semble estre doublé,
Et sur ses yeux la nuit se vient espandre.

Celui qui boit de l'amour de Cassandre,
Qui par ses yeux au cœur est ecoulé,
Il perd raison, il devient afolé,
Cent fois le jour la Parque le vient prendre.

Mais la chaut vive, ou la rouille, ou le vin
Ou l'or fondu peuvent bien mettre fin
Au mal cruel que l'Aconite donne :

La mort sans plus a pouvoir de garir
Le cœur de ceux que Cassandre empoisonne,
Mais bien heureux qui peut ainsi mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Ven 30 Jan - 15:04

« Je voudrais bien richement jaunissant »? RONSARD

Je voudrais bien richement jaunissant
En pluie d'or goutte à goutte descendre
Dans le beau sein de ma belle Cassandre,
Lors qu'en ses yeux le somme va glissant.

Je voudrais bien en taureau blanchissant
Me transformer pour finement la prendre,
Quand en avril par l'herbe la plus tendre
Elle va, fleur, mille fleurs ravissant.

Je voudrais bien alléger ma peine,
Etre un Narcisse, et elle une fontaine,
Pour m'y plonger une nuit à séjour ;

Et voudrais bien que cette nuit encore
Durât toujours sans que jamais l'Aurore
Pour m'éveiller ne rallumât le jour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fifty pazi
la toute-jolie
avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Ven 6 Fév - 14:21

The stars are hidden,
the lights are out;
the tall black houses
are ranked about.

I beat my fists
on the stout doors,
no answering steps
come down the floors.

I have walked until
I am faint and numb;
from one dark street
to another I come.

The comforting
winds are still.

This is a chaos
through which I stumble,
till I reach the void
and down I tumble.

The stars will then
be out forever;
the fists unclenched
the feet walk never,
and all I say
blown by the wind
away.

Charles Renikoff, extrait de Rythmes 1 et 2

traduction:
 

I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ritaline



Messages : 215
Date d'inscription : 19/11/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mar 10 Fév - 0:52

Le comble de la tristesse n'est pas davantage
un général aveugle mendiant à travers les îles
que vers trois heures du matin l'Avenue
de l'Opéra
Il n'y a pas de limite à la mélancolie humaine
Il y a toujours une pierre à placer sur la pyramide des larmes
Êtes-vous sûr d'avoir aussi mal qu'une femme étranglée
quand elle sait que tout est fini qu'on l'étrangle
Êtes-vous sûr qu'il ne vaudrait pas mieux être
être étranglé si tu songes aux couteaux des heures prochaines
Je vis depuis longtemps ma dernière minute
Le sable que je mâche est celui d'une agonie invisible et perpétuée
Les flammes que je fais couper de temps en temps chez le coiffeur
trahissent seules le noir enfer intérieur qui m'habite
Comme des corps privés de sépultures
les hommes se promènent dans le jardin de mes yeux
Rêveurs incompréhensibles
ou seul suis-je frappé par une main desséchée
dans ce désert peuplé parmi ces arides fleurs

J'aime et je suis aimé Rien ne nous sépare
Pourquoi donc être triste au coeur splendide de l'amour
Le monde hoche sa tête Je Sais Tout stupide
J'aime et cependant la vie est intolérable à mourir
J'aime et cependant il faudra tout à l'heure que je hurle
Je traine à mes pas le manteau fantomatique des arrières-pensées
Une chaîne de perfectionnements à la douleur morale
cliquette à mes pieds épouvantablement malheureux
J'aime et nous nous aimons mais au milieu d'un naufrage
mais à la pointe d'un poignard et je ne peux pas
je ne peux pas voir le mal que cela va te faire
Tes yeux tes yeux mon amour révulsés par ce qui n'est pas le plaisir
Qu'on arrache de moi mon coeur avec des tenailles
qu'on en finisse avec ma tête qui se décolle
Je bois un lait pareil à l'encre et l'heure de midi
ressemble au charbon des marais
où se flétrit la sphaigne que je prends pour moi dans les miroirs
Je t'aime je t'aime mais
dans une soute au moment de sauter Impatience
Ignoble impatience de savoir si cela fera très mal

Probablement que l'univers juge un criminel en ma personne
et ne notera que les défaillances et l'allure
Cet homme dans les journaux du matin qui décapita sa maîtresse
tandis qu'elle dormait près de lui sanglotait au tribunal
Il l'avait tuée dans la chambre puis
dans la cave avec un couteau ensuite avec une scie
il détacha la tête adorable pour mettre
le corps dans un sac malheureusement un peu petit
Il sanglotait au tribunal
Ne sommes-nous point pareils aux palmes du palmier
qui grandissent accolées fleurissent et fructifient
pour donner une image du parfait amour
L'automne arrive les mains pleines d'illusions lumineuses
Quel est ce crime qui fait que je sanglote
Voyez mon amour est vivant Montre-toi chérie
Vous ne prouverez rien L'alibi vert comme une forêt
s'étend à l'horizon où chantent inutilement les corbeaux
Seulement à chaque arbre est un pendu qui se balance
à chaque feuille une tache de sang

Quel est pire du ciel de l'aube ou du bitume du soir
Je ne sais pas ce qui me retient de mordre les passants sur les boulevards
L'amertume qui monte en moi peut être le premier flot d'un déluge
auprès duquel l'autre a l'air d'un vulgaire accident de vidange
Je me souviens qu'en quinze cent quarante et un
près de Pavie
quand on me prit dans la campagne où j'errais
en proie aux premières atteintes du mal
les paysans ne voulurent pas me croire quand je leur dis la vérité
Ils refusèrent de me prendre pour un loup furieux
à cause de ma peau humaine et Thomas
éternels de la science expérimentale
quand je leur avouai que ma peau lupique était cachée
entre cuir et chair
avec leurs poignards ils me fendirent les membres et le tronc
pour vérifier mes assertions mélancoliques
Ils ne touchèrent pas au visage
effrayés par la poésie atroce de mes traits
Qu'est-ce qui me pousse à hurler dans les tombeaux
Qu'est-ce qui fait que je gratte irrésistiblement la poussière
où dorment les amoureux décomposés
Que vas-tu déterrer comme si la lumière vivante
n'avait pas assez des blessures des vivants
A moi le langage ténébreux des suppliciés de la chaise électrique
le vocabulaire ultime des guillotinés
L'existence est un oeil crevé Que l'on m'entende
bien un oeil qu'on crève à tout instant
le harakiri sans fin J'enrage
à voir le calme idiot qui accueille mes cris
Voilà pourquoi je veux sortir des fosses hypocrites
les morts de mort violente à la prunelle horrifiée
je veux démurer les victimes des catastrophes
dont le squelette garde une posture terrorisée
qui convient à merveille à ces jours que nous traversons

Il y a disait justement ma voisine
des gens qui se foutent à l'eau
Si je suis une bête écumante à qui le monde
remonte avec la bave il serait très simple d'en finir
Mon amour mon amour entends-tu ce blasphème
Ce n'est pas la pâleur de l'amour ce n'est pas la pâleur de la mort
mais celle des loups qui est sur mon visage
Je ne peux pas mourir à cause de cette fleur immense
dont je ne puis supporter que se referme le calice
On a fait un progrès considérable en matière de torture
sur le cobaye que je suis
sur le fauve cobaye que je suis les deux mains
prises dans deux portes
l'amour la mort
et des hercules abstraits appuient sur ces deux portes
avec toute la lenteur assurée d'un numéro de music-hall
exécuté sans le moindre effort apparent
N'as-tu donc jamais remarqué que mes baisers ressemblaient aux paroles sacrilèges
qui sont tout ce qui reste à dire aux esclaves écartelés
N'as-tu donc jamais remarqué que je t'aime tandis qu'on me tue
Que c'est toujours la dernière fois que je jouis dans tes bras
Tes bras qui sont si beaux que c'est bien cela
le plus terrible

Tout se terminera d'une façon sauvage
Je serais de toi je ferais jeter ton amant aux bêtes
ou je le ferais voir par traîtrise à un médecin aliéniste
ou bien je le tuerais froidement
mon amour
pendant son sommeil tandis qu'il est nu et blême
que les loups surgissent autour des cimetières où dorment
les belles journées qu'on a eues ensemble mon amour



L.Aragon, "lycanthropie contemporaine"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pan
POETE DES PRAIRIES
avatar

Messages : 471
Date d'inscription : 31/10/2014

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mar 10 Fév - 1:05

oh je ne le connaissais pas celui ci Smile

il est très beau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Lun 23 Fév - 21:11

Méditations métaphysiques Descartes

Je supposerai donc qu’il y a, non point un vrai Dieu,
qui est la souveraine source de vérité,
mais un certain mauvais génie,
non moins rusé et trompeur que puissant
qui a employé
toute son industrie
à me tromper.
Je penserai que
le ciel, l’air, la terre, les couleurs, les figures, les sons et toutes les choses extérieures que nous voyons,
ne sont que des illusions et tromperies,
dont il se sert pour surprendre ma crédulité. Je me considérerai moi-même
comme n’ayant point de mains, point d’yeux, point de
chair, point de sang,
comme n’ayant aucuns sens.

Mais ce dessein est pénible et laborieux,
et une certaine paresse m’entraîne insensiblement dans le train de ma vie ordinaire.
Et tout de même qu’un esclave qui jouissait dans le sommeil d’une liberté imaginaire, lorsqu’il commence à soupçonner que sa liberté n’est qu’un songe, craint d’être réveillé, et conspire avec ces illusions agréables pour en être plus longuement abusé,
ainsi je retombe insensiblement de moi-même dans mes anciennes opinions,
et j’appréhende de me réveiller de cet assoupissement, de peur que
les veilles laborieuses qui succéderaient à la tranquillité de ce repos, au lieu de m’apporter quelque jour et quelque lumière dans la connaissance de la vérité,
ne fussent pas suffisantes pour éclaircir les ténèbres des difficultés

La Méditation que je fis hier m’a rempli l’esprit de tant de doutes, qu’il n’est plus désormais en ma puissance de
les oublier.
Et cependant je ne vois pas de quelle façon je
les pourrai résoudre ; et comme si tout à coup j’étais tombé dans une eau très profonde, je suis tellement surpris, que je ne puis ni assurer mes pieds dans le fond, ni nager
pour me soutenir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mer 25 Fév - 12:25

I. — UN LEVER DE SOLEIL.

Que notre vie est quelque chose d’étrange ! Chaque matin, — dans ce demi-sommeil où la raison triomphe peu à peu des folles images du rêve, je sens qu’il est naturel, logique et conforme à mon origine parisienne de m’ éveiller aux clartés d’un ciel gris, au bruit des roues broyant les pavés, dans quelque chambre d’un aspect triste, garnie de meubles anguleux, où l’imagination se heurte aux vitres comme un insecte emprisonné, — et c’est avec un étonnement toujours plus vif que je me retrouve à mille lieues de ma patrie, et que j’ouvre mes sens peu à peu aux vagues impressions d’un monde qui est la parfaite antithèse du nôtre. La voix du Turc qui chante au minaret voisin, la clochette et le trot lourd du chameau qui passe, et quelquefois son hurlement bizarre, les bruissemens et les sifflemens indistincts qui font vivre l’air, le bois et la muraille, l’aube hâtive dessinant au plafond les folles découpures des fenêtres, une brise matinale chargée de senteurs pénétrantes, qui soulève le rideau de ma porte et me fait apercevoir au- dessus des murs de la cour les têtes flottantes des palmiers ; tout cela me surprend, me ravit… ou m’attriste, selon les jours, car je ne veux pas dire qu’un éternel été fasse une vie toujours joyeuse.

Gerard de Nerval , Scènes de la vie orientale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mer 25 Fév - 15:02

Ode, Ronsard

Ma douce jouvence est passée,
Ma premiere force est cassée,
J’ai la dent noire et le chef blanc,
Mes nerfs sont dissous, et mes veines,
Tant j’ai le corps froid, ne sont pleines,
Que d’une eau rousse en lieu de sang.

Adieu ma lyre, adieu fillettes,
Jadis mes douces amourettes,
Adieu je sens venir ma fin :
Nul passetemps de ma jeunesse
Ne m’accompagne en la vieillesse,
Que le feu, le lict et le vin.

J’ai la teste toute estourdie
De trop d’ans et de maladie,
De tous costez le soin me mord :
Et soit que j’aille ou que je tarde,
Tousjours après moy je regarde
Si je verray venir la mort,


Qui doit, ce me semble, à toute heure
Me mener là bas, où demeure
Je ne sçay quel Pluton, qui tient
Ouvert à tous venans un antre
Où bien facilement on entre,
Mais d’où jamais on ne revient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Ven 27 Fév - 16:36

Épitaphe, Nerval

Il a vécu, tantôt gai comme un sansonnet,
Tour à tour amoureux, insoucieux et tendre,
Tantôt sombre et rêveur, comme un triste Clitandre.
Un jour, il entendit qu’à sa porte on sonnait ;

C’était la Mort. Alors, il la pria d’attendre
Qu’il eût posé le point à son dernier sonnet ;
Et puis, sans s’émouvoir, il s’en alla s’étendre
Au fond du coffre froid où son corps frissonnait.

Il était paresseux, à ce que dit l’histoire ;
Il laissait trop sécher l’encre dans l’écritoire ;
Il voulait tout savoir, mais il n’a rien connu ;

Et quand vint le moment où, las de cette vie,
Un soir d’hiver, enfin, l’âme lui fut ravie,
Il s’en alla, disant : « Pourquoi suis-je venu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ritaline



Messages : 215
Date d'inscription : 19/11/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mer 4 Mar - 0:40

comme des rais du soleil gracieux
se paissent fleurs durant la primevère.
je me récrée aux rayons de ses yeux,
et loin, et près autour d'eux persévère.
si que le coeur, qui en moi la révère,
la me fait voir en cette même essence
que ferait l'oeil, par sa belle présence,
que tant j'honore, et que tant je poursuis :
par quoi de rien ne me nuit son absence,
vu qu'en tous lieux, malgré moi, je la suis.



***


en tel suspens ou de non ou d'oui,
je veux soudain et plus soudain je n'ose.
l'un me rend triste, et l'autre réjoui
dépendant tout de liberté enclose.
mais si je vois n'y pouvoir autre chose,
je recourrai à mon aveugle juge.
réfrénez donc, mes yeux, votre déluge :
car ce mien feu, malgré vous, reluira.
et le laissant à l'extrême refuge,
me détruisant, en moi se détruira.



***


en toi je vis, où que tu sois absente :
en moi je meurs, où que soye présent.
tant loin sois-tu, toujours tu es présente :
pour près que soye, encore suis-je absent.

et si nature outragée se sent
de me voir vivre en toi trop plus qu'en moi :
le haut pouvoir qui, oeuvrant sans émoi,
infuse l'âme en ce mien corps passible,
la prévoyant sans son essence en soi,
en toi l'étend comme en son plus possible.




maurice scève
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mer 4 Mar - 0:50

LE CALCUL DE LA VIE. Ronsard

Tu as cent ans et davantage :
Mais calcule de tout ton âge,
Combien en eut ton créancier,
Combien tes folles amourettes,
Combien tes affaires secrètes,
Combien ton pauvre tenancier.

Combien tes procès ordinaires,
Combien tes valets mercenaires,
Combien ton aller et venir ;
Ajoute aussi tes maladies,
Ajoute encore tes folies,
Si tu pouvois t’en souvenir :

Et tout cela qui, sans usage,
S’en est allé pour ton dommage :
Si tout cela tu en rabas,
Te verras avoir moins d’années
Que tu ne t’en étois données,
Et que tout jeune tu t’en vas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ritaline



Messages : 215
Date d'inscription : 19/11/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Jeu 5 Mar - 2:09

"Nos existences sont dures, étroites. Nos
parents ne nous donnent pas plus que les
animaux à leurs petits. Malgré eux, ils nous
enseignent les gestes, la méthode. Mais ils
n'ont pas la curiosité de Dieu pour ses créa-
tures qui est si aiguë que parfois elle semble
cruauté. Ils nous mettent au monde avec leur
péché et ils ne s'inquiètent guère de notre ré-
demption. Ma mère n'a pas assez fait pour que
je l'aime. Je suis indifférent ou fanatique.
J'aime qui j'admire. Ma mère aurait pu at-
teindre à la grandeur par sa rigueur à se sacri-
fier. Mais elle regrettait les choses les plus
mesquines parmi celles dont la privaient ses
inoubliables gestes, ployés à la plus belle, à
la plus simple discipline. Son visage était
meurtri par des larmes de plomb, et je perds
pied dans des abîmes de dégoût quand je
songe que sans son malheur elle aurait été
triviale. Il ne faut pas oublier que le malheur
frappe à tort et à travers.

(...) L'amour c'est rechercher la solitude, c'est
s'abandonner furieusement à soi-même, c'est
s'enfermer dans une prison, jeter la clef à
travers les barreaux. Alors la femme prise au
piège simule avec de tendres raffinements de
s'occuper de vous et, pour ne pas mourir d'en-
nui, quelquefois on se soucie d'elle, mais il y a
des hommes qui ont péri sans avoir vu autre
chose que deux petits miroirs, deux yeux où
ils s'épiaient avec une curiosité éternelle. "

drieu la rochelle, état civil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Février
ATTENTISME FRIGIDE
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 8 Mar - 0:37



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
au revoir au revoir
MONARQUE DU BISOU


Messages : 553
Date d'inscription : 30/10/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 8 Mar - 0:46

I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larchedesbisous.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 8 Mar - 19:10

Dime, dime el secreto de tu corazón virgen,
dime el secreto de tu cuerpo bajo tierra,
quiero saber por qué ahora eres un agua,
esas orillas frescas donde unos pies desnudos se bañan con espuma.

Dime por qué sobre tu pelo suelto,
sobre tu dulce hierba acariciada,
cae, resbala, acaricia, se va
un sol ardiente o reposado que te toca
como un viento que lleva sólo un pájaro o mano.

Dime por qué tu corazón como una selva diminuta
espera bajo tierra los imposibles pájaros,
esa canción total que por encima de los ojos
hacen los sueños cuando pasan sin ruido.

Oh tú, canción que a un cuerpo muerto o vivo,
que a un ser hermoso que bajo el suelo duerme,
cantas color de piedra, color de beso o labio,
cantas como si el nácar durmiera o respirara.

Esa cintura, ese débil volumen de un pecho triste,
ese rizo voluble que ignora el viento,
esos ojos por donde sólo boga el silencio,
esos dientes que son de marfil resguardado,
ese aire que no mueve unas hojas no verdes...

¡Oh tú, cielo riente, que pasas como nube;
oh pájaro feliz, que sobre un hombro ríes;
fuente que, chorro fresco, te enredas con la luna;
césped blando que pisan unos pies adorados!
Revenir en haut Aller en bas
au revoir au revoir
MONARQUE DU BISOU


Messages : 553
Date d'inscription : 30/10/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 8 Mar - 20:19

cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larchedesbisous.forumactif.com
Février
ATTENTISME FRIGIDE
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Mer 11 Mar - 18:53

CE QUE TU VOUDRAS

Ce que tu voudras. Elle a, la nuit, des culottes de ciseaux et dans la bouche, entre les dents et la langue, le gant des grands oiseaux qui s'obstinent à vouloir mourir. Je ferai ce que tu voudras. La tête au front lisse, avec cette insaisissable étoffe, est-ce velours ou soie, et de quelle couleur, dans laquelle s'enfoncent les doigts, contre laquelle crissent les ongles - l'horizon se déchire - et que depuis l'enfance elle caresse sur l'oreille de roche spongieuse, parce qu'une fois les yeux fermés elle fait l'amour, le rideau retombe. Je te donnerai ce que tu voudras. À portée de sa main, le vent, il ternit les dents par bouffées comme sur le nickel l'haleine, et sa chevelure secoue ses feuilles et ses fleurs sur la petite place déserte, à l'heure où  tout le monde dîne, et où les enfants jettent leurs dernières billes dans la rainure du caniveau. L'aquarium tant que tu voudras. Sur son lit blanc, la neige devient plus brillante, les fenêtres battent, une longue clameur sourde des crevasses où les nuages attardés s'accrochent aux portemanteaux, les miroirs de l'antichambre se brisent parce qu'on allume soudain l'électricité, son départ chaque fois fait fondre les immeubles et le niveau de la Seine monte un peu plus vite ; puis la course échevelée tremblante, on ne veut plus rien que les traces de lèvres sur les journaux perdus au bord des trottoirs.

MAURICE HENRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Ven 13 Mar - 12:08

Quand je marche, je marche
quand je dors, je dors
quand je chante, je chante
je m'abandonne

Quand je marche, je marche droit
quand je chante, je chante nue
et quand j'aime, je n'aime que toi
quand j'y pense, je ne dors plus

Je suis ici
je suis dedans
je suis debout
je ne me moquerai plus de tout

Entends tu, m'as-tu dit,
le chant du monde, alors depuis
quand l'aube se lève, je la suis
quand la nuit tombe
je tombe aussi

Je suis ici
je suis dedans
je suis debout
je ne me moquerai plus de tout

Quand j'ai faim, tout me nourrit
le cri des chiens, et puis la pluie
quand tu pars, je reste ici
je m'abandonne
et je t'oublie.
Revenir en haut Aller en bas
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Sam 14 Mar - 0:04

Adopt, de Théophile de Viau

Belle bouche d’ambre et de roze,
Ton entretien est desplaisant
Si tu ne dis, en me baisant,
Qu’aymer est une belle chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 15 Mar - 0:45

De façon inattendue et curieuse, les seins de Sybil me révélaient la vérité de Robert. Ces seins trop beaux, des mains n'en pouvaient rien faire; elles ne pouvaient que s'y brûler, s'y consumer ou devenir maniaques et hagardes. Donc, ces seins n'étaient pas, ou ils disaient autre chose que ce qu'ils semblaient dire. Ils n'étaient pas des objets de bonté, mais de douleur. Douleur de celle qui les portait, folie de celle qui les portait. Les humains étaient fous, de leur désir insensé pour la matière. Mais ce désir, profondément réel, était touchant, il me touchait le coeur. C'était le pauvre désir fou des humains. C'était cela qui décidément me touchait au coeur. Derrière les seins inutiles de Sybil, c'était son désir de l'argent qui me touchait. Désir absurde et ignoble, ignoblement torturant, mais désir. Les humains étaient des êtres de désir et il fallait avoir pitié d'eux pour cela. Robert, c'était pour cela qu'il se dévouait à eux : il essayait de soigner, de consoler, d'orienter leur désir. O Orient du désir, humains, si vous saviez. Robert savait et, au fond de mon coeur, je savais.


Drieu, Mémoires de Dirke Raspe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fifty pazi
la toute-jolie
avatar

Messages : 443
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 15 Mar - 12:55

Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BACH



Messages : 143
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 32

MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   Dim 15 Mar - 18:16

Dans une jambe de danseuse
le monde, ses ondes, tous ses rythmes, ses folies, ses voeux sont inscrits !...
Jamais écrits !
Le plus nuancé poème du monde !... émouvant ! Gutman ! Tout !
Le poème inouï, chaud et fragile
comme une jambe de danseuse
en mouvant équilibre
est en ligne, Gutman

mon ami, aux écoutes du plus grand secret,
c'est Dieu ! C'est Dieu lui-même ! Tout simplement !

A partir de la semaine prochaine, Gutman, après le terme... je ne veux plus travailler que pour les danseuses... Tout pour la danse ! Rien que pour la danse !
La vie les saisit, pures... les emporte... au moindre élan, je veux aller me perdre avec elles...
toute la vie... frémissante... onduleuse... Gutman ! Elles m'appellent !...
Je ne suis plus moi-même... Je me rends...
Je veux pas qu'on me bascule dans l'infini !... à la source de tout...  de toutes les ondes...
La raison du monde est là... Pas ailleurs...

Périr par la danseuse !


céline dans bagatelles pour un massacre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les jolis poèmes (ou extraits)   

Revenir en haut Aller en bas
 
les jolis poèmes (ou extraits)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» les jolis poèmes (ou extraits)
» Cahiers de poèmes, Emily Brontë
» Un extrait de poèmes de Victor Hugo
» Poèmes dans Bleach
» Vos poètes et poèmes préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'arche des bisous :: Littérature-
Sauter vers: